13 mars 2017 - Mémorandum rapatriés

Édito du président de la MAFA, Jean-Félix Vallat


Notre pays entre dans une intense période électorale puisque seront renouvelés au printemps 2017 les détenteurs majeurs du pouvoir d’Etat : président de la République et assemblée nationale.


Dès lors la société française va aborder tous les débats qui conditionnent son destin : la paix civile face au terrorisme et aux fondamentalismes qui prétendent imposer leur loi à la République, la nécessaire restauration de l’autorité de l’Etat, la dynamisation d’une économie atone par le desserrement du carcan fiscal, la reconfiguration du modèle social ; la France qui représente 1 % de la population mondiale et 3 % du PIB mondial enregistre 15 % des dépenses sociales de l’univers !
 

Comme citoyens, les rapatriés et leurs enfants ont naturellement des options politiques diverses.


Comme personnes issues de territoires devenus indépendants, ayant partagé avec les habitants premiers de ces territoires une longue histoire, ils ont dû s’exiler en métropole dans des conditions tragiques. A ce titre, ils sont unis au-delà de l’hétérogénéité de leurs choix civiques. Dès lors, comme groupe humain historiquement identifié, les rapatriés et leurs descendants sont une composante de la communauté nationale, dépositaires d’une histoire et porteurs d’intérêts à faire valoir : mémoire, indemnisation, entretien des cimetières en Algérie, sort des civils enlevés portés disparus, clôture des dossiers de la réinstallation…


La MAFA avait le devoir d’interpeller les candidats aux élections présidentielles et législatives sur les attentes des rapatriés. Son conseil d’administration m’a mandaté pour élaborer un mémorandum retraçant nos revendications, regroupées en 10 propositions et après discussion a adopté ce document à l’unanimité.


Ce n° spécial du bulletin d’information contient l’intégralité du mémorandum et de ses annexes.


En votre nom, je le défendrai avec une conviction que me confère votre confiance et ferai valoir des évidences que nul ne peut occulter. En plus de nos adhérents, Il sera envoyé dès cette semaine à tous les parlementaires, députés et sénateurs, ainsi qu’à de nombreux décideurs.


L’aide de l’Etat représente en moyenne 92.987 € par famille de rapatriés depuis 1962, ce qui est modeste au regard de l’ampleur des préjudices subis par les repliés d’outre-mer. Si notre mémorandum définit des ajouts à la réparation due aux rapatriés, cette démarche n’est en aucun cas, comme le prétendent certains, décalée par rapport à l’écoulement du temps.


Seuls les atermoiements des gouvernements successifs ont différé la prise en charge globale et réfléchie des conséquences du rapatriement.


Dès lors notre combat est toujours d’actualité, que la Nation et le Président de la République qui sera élu en 2017 nous rendent enfin justice !


Le Président de la MAFA,
Jean Félix VALLAT

 

Télécharger le mémorandum : 2017 03 13 mafa memorandum fevrier2017 web2017 03 13 mafa memorandum fevrier2017 web

Actualités 2017

×