12 octobre 2016 - Nécrologie : Andrée MONTERO vient de nous quitter

C’était une grande dame. 

Notre compatriote, l’écrivain Andrée Montéro vient de nous quitter. Native de  Rio Salado, département d’Oran, elle a vécu le drame atroce des  « Disparus » : le 15 avril 1962 son frère Aimé Montéro et son époux, Philippe Gomis, agriculteur et capitaine d’aviation de réserve, sont enlevés par le FLN. On ne les retrouvera jamais. Leurs noms figurent sur le Mur des Disparus, de Perpignan. Cette tragédie est relatée dans son livre « Le cri retenu ».

Andree montero necro

 

Elle grandit à Roi Salado dans une famille d’agriculteurs et poursuivit ses études secondaires à Oran, chez les religieuses Trinitaires, pensionnat Saint-Louis puis des études universitaires à Alger (DEUG de Droit, Licence de Philosophie (certificat de Philologie).

1962. Après l’enlèvement de son frère, agriculteur et de son mari, il y aura la nationalisation de tous les biens de la famille. Andrée Montero obtient  un poste de professeur de lettres, à Oran, au Lycée El-Hayat, anciennement Lycée Stéphane Gsell. Durant les trois années où elle y enseignera, elle recherchera en vain ses disparus. Arrivée en 1965 en France, elle sera libraire pendant huit ans à Narbonne. A Toulouse où elle réside pendant vingt-cinq ans, elle va présider le Cercle algérianiste de la ville rose ; de 1996 à 1999, elle présidera le Cercle national.

Par la suite elle vivra entre Paris et  Nîmes, où elle s’est éteinte.

Depuis son arrivée en France, elle n’a cessé d’écrire : essais, chroniques et romans dont « Rio-Salado », prix de l'Afrique Méditerranéenne, « Les Vignes Rouges », prix du roman de l'Académie du Languedoc, « le Refus », prix Crevaux décerné par la société de Géographie Humaine de Paris.

Femme de cœur et de conviction, elle emporte avec elle un pan de notre mémoire. A sa famille, la MAFA présente ses sincères condoléances.

Ci-après un texte qu’elle avait publié sur le site du Cercle Algérianiste national :

 

Dans mon ouvrage Le cri retenu, j'ai décrit toutes les circonstances de l'enlèvement de mon mari, Philippe Gomis et de mon frère, Aimé Montero. Mais j'y ai surtout dit l'angoisse, le désespoir forcené qui m'ont longtemps tenue aux abois. Je n'admettais pas l'idée qu'ils puissent ne jamais revenir. Je suis restée donc en Algérie jusqu'en 1965 pour les rechercher, les attendre, entrant dans l'enseignement comme professeur de lettres puisque nos biens avaient été nationalisés et que j'avais les diplômes requis. Dans Le cri retenu, je crie mon désespoir en me situant dans un passé récent. Ici je dirai simplement ce qu'il en a été sans m'abriter dans les replis du temps.

Cela se passa donc le 15 avril 1962, au « Domaine des Andalouses » propriété de mon beau-père, près du petit village d'El-Ançor, dans le département d'Oran. Depuis deux mois, fuyant la campagne, mes enfants et moi étions venus nous réfugier en ville chez mes parents. Mon mari demeurait seul dans la propriété pour veiller sur les prochaines récoltes. Mais au fil des jours, les routes étant de moins en moins sûres, il espaça ses visites et j'en devins inquiète. Aussi, ce matin d'avril, n'ayant eu personne au bout du fil, ai-je demandé à mon frère de se rendre au domaine pour avoir des nouvelles. - « Mon coupé est en panne » a objecté mon cadet. - « Prends donc ma Simca, elle est garée au bas de l'immeuble ». Ma vie durant j'aurai devant les yeux le seuil de cet appartement oranais où, angoissée, je tendais des clés que l'on a pris d'une main réticente. C'est vers 15 heures qu'un ami de la famille vint nous avertir que l'on venait d'enlever mon frère et mon mari dans la propriété de ce dernier. « On les a poussés dans une camionnette bâchée après les avoir ficelés de barbelés » nous dit-on. « Ma vie a alors basculé d'un coup, sans un cri, dans l'univers dur et exalté de la révolte » ai-je écrit dans mon ouvrage. Puis, vers 19 heures, le gérant de mon beau-père vint nous dire qu'une rançon était réclamée et dont la somme malheureusement n'avait pu être réalisée. Mon père et ses frères se sont alors rendus en pleine nuit et en dépit du couvre-feu, au lieu indiqué avec dix millions d'anciens francs. Mais « le contact » ne les avait pas attendus. J'étais alors loin d'imaginer que ces deux êtres étaient perdus dès l'instant qu'on les avait pris. J'étais sûre (et il ne fallait pas me contredire) qu'ils reviendraient, qu'on nous les rendrait. De 1962 à 1965 je les ai recherchés tout en m'attelant à ce nouveau métier d'enseignante. Avec mon père nous avons interrogé la police judiciaire, la DST et sillonné préfecture et consulat d'Oran. Nous nous sommes également rendus aussitôt sur les lieux de l'enlèvement. Mais là, plus âme qui vive. Tous les ouvriers européens et arabes avaient fui le domaine. « Ils ont peur de parler » dira mon père. À la gendarmerie d'El-Ançor on ne put nous apprendre que ce que nous savions déjà. Dans tous les services visités on nous répétait qu'il ne fallait pas perdre courage. Je contactais également la Croix-Rouge, délégués puis enquêteurs. Mais on les sentait inquiets, ils étaient souvent menacés. À cette époque j'ai été souvent appelée à identifier des corps trouvés au fond d'un puits ou jetés au creux d'un ravin. J'ai eu des coups de téléphone curieux, pour n'employer que cet adjectif ; en effet me parvenait, après quelques mots en arabe, une sorte de gargouillis. « On a dû couper la langue à l'un d'eux » me répondra sans sourciller un gendarme. Puis les réflexions de ce genre affluèrent : « Ils doivent être trop abîmés, on ne peut vous les rendre »… « On les promène de douar en douar les yeux crevés, au bout d'une ficelle pour amuser les enfants », etc... Voilà ce que durant trois ans j'ai enduré. J'avais également écrit à M. de Broglie, alors secrétaire d'État aux Affaires étrangères et cela à plusieurs reprises. La réponse fut celle-ci : « Ils sont sûrement décédés ». Puis en 1964, le jugement déclaratif du Tribunal de Grande Instance de la Seine fit de moi une veuve… « présumée ». On m'a presque ri au nez quand j'ai demandé que l'on recherche leurs dépouilles. « Dans tous ces charniers que pourrait-on identifier ! ». Rentrée en France en 1966 et devenue libraire, j'espérais toujours. En particulier en 1970 quand la rumeur courait qu'il existait des camps de prisonniers au Sahara, à la frontière marocaine, ainsi que des camps itinérants qui se déplaçaient pour ne pas être repérés. On parlait même de déportation en Orient et dans les pays de l'Est. Et aujourd'hui, où j'œuvre pour avoir accès aux archives des Affaires étrangères, et où je sais que nous allons apprendre « certaines » vérités, j'espère toujours que quelque part dans le monde, ils sont vivants.

 

Philippe Gomis avait 36 ans. Aimé Montero avait 25 ans.**

Actualités A propos de la Mafa 2016

×