12 décembre 2017 - Le CDHA sera présent à la journée Portes ouvertes à l'expression culturelle des Français d'Outremer

Chers Amis,

A ceux qui ne le savent pas, je veux attirer leur attention sur cette institution désormais propriétaire de ses murs pour 99 ans et qui bénéficie du statut de Fondation affiliée à la Fondation de France : ce statut permet aux dons et cotisations d'être déductibles des impôts et garantit une pérennité institutionnelle.

Le CDHA sera présent à la journée Portes Ouvertes à l'expression culturelle des Français d'Outremer que nous organisons le 10 mars prochain.

Votre adhésion, vos dons en espèces, en documents, ouvrages, études et témoignages sont attendus.

Bien amicalement à vous

Roger Vétillard

Historique du CDHA

Le Centre de documentation historique sur l’Algérie, la Tunisie et le Maroc a été créé à Paris en 1974 par madame Charles Vallin et 

mademoiselle Pasquier-Bronde, avec comme premier président le sénateur-maire d’Aix-en-Provence Ciccolini.

2017 12 12 cdha

 

Installé à Paris 119 rue de l’Ouest (75.014), le CDHA avait comme membres actifs les écrivains Jeannine de la Hogue et Colette Goinard. Il créa plusieurs antennes en province, et en 1992 recruta une secrétaire permanente. Il édita à partir de 1987 deux à quatre Dossiers de la mémoire par an. Il comptait 530 adhérents en 1993.

 

Le 23 avril 1993, une Assemblée générale décida le transfert du Centre à Aix-en-Provence, tandis que J. de la Hogue créait Mémoire d’Afrique du Nord à Paris. Le CDHA passa de la rue des Allumettes à la maison Alphonse Juin (29 avenue de Tubingen) en 1998. A partie de 2002, il eut 4 secrétaires salariés, sous la présidence de Gérard Cénac, puis en 2005 de Joseph Perez, banquier-historien. Il édita la revue Mémoire vive à partir de 1995, participa au Salon des écrivains et artistes, et ouvrit la route à la recherche historique grâce aux conférences de Pierre Jarrige, de Mgr Boz et du préfet Benmebarek.

 

Son développement est dès lors remarquable, atteignant 775 adhérents en 2014, plus de 800 en 2016. Sa bibliothèque contient 4.500 ouvrages en 1988, 11.000 en 2014, plus de 14000 désormais. Il a recueilli plus de 23.500 documents, 140 dons d’archives et les collections de la presse algérienne, tunisienne et marocaine d'avant 1962. Son secrétariat est informatisé, il constitue plusieurs fichiers d’auteurs et de matières, bénéficie des travaux de plusieurs groupes de travail : Histoire de paroles – club Kabylie - ateliers d’écriture – paroles et langages. Il organise deux expositions qui transitent par de nombreuses villes : Paroles d’exode en 2012 – Les SAS en 2014. Il a suscité plusieurs études et publications .

 

Grâce à l’aide de Louis Pelloux, le CDHA a créé en 2010 une Fondation pour la recherche historique, chargée de financer un Conservatoire national de la Mémoire des Français d’Afrique du Nord, dont la première pierre a été posée le 6 octobre 2017. Ce conservatoire bénéficie de la cession d’un terrain de 1.400 m2 par la mairie d’Aix, et du financement de 3 millions d’euros par quatre collectivités locales, s’ajoutant à 1,5 million de la Fondation. Le chantier doit durer 18 mois.

 

Merveilleuse fidélité à leur histoire des Français d’Afrique du Nord.

Maurice Faivre, le 9 décembre 2017

Actualités 2018 événements

×