Témoignage de Simone Gautier

Nous avons reçu un témoignage émouvant de Simone Gautier en mémoire aux "poilus" morts à Verdun dont beaucoup étaient pieds noirs, d'origine européenne ou musulmane. Nous vous invitons à en prendre connaissance.

Lorsque j'ai pris ma retraite, j'ai voulu retrouver mon grand-père, dans cette interrogation existentielle ... mais d'où je viens ?

Je savais qu'il était mort à Verdun par ma grand-mère. Mais dans mon souvenir jamais personne ne s'est rendu à Verdun.

Ma grand-mère disait :"Votre grand-père est mort pour la France et vous devez en être fières". Alors ma sœur et moi, nous étions fières.

J'ai mis deux ans à retrouver sa petite croix blanche dans la nécropole nationale de Chattencourt car il a été enterré avec une faute d'orthographe à son nom. C'est maintenant rectifié.

Je l'ai trouvé, je me suis effondrée sur sa tombe et je lui ai dit : cher grand-père, ai-je bien mérité de toi ? je voudrais tant que tu sois fier de moi !

Il était brancardier. Il est mort, rapatrié dans sa tranchée, à Bettincourt, qui n'existe plus, intoxiqué  par les gaz. Une mort horrible, dans de grandes souffrances m'a confirmé un médecin militaire.

Alors depuis je vais à Chattencourt, fleurir cette petite croix blanche.

Depuis j'ai appris qu'ils sont deux par croix. Alors n'oubliez pas, si vous allez fleurir une petite croix blanche, n’oubliez pas, ils sont deux par croix.

J'ai aussi cherché la petite croix blanche du mari de Zohra, celle qui m'a élevée après la mort de ma mère... Je ne l'ai pas trouvée...

Oui, moment de ferveur, de mémoire, de reconnaissance, de recueillement, de piété, de silence, de spiritualité, de transcendance...

Vous les morts de Verdun, je vous aime !

 

Simone Gautier



2016 06 16 temoignage 1 2016 06 16 temoignage 2 2016 06 16 temoignage 5

2016 06 16 temoignage 3 2016 06 16 temoignage 4 

courrier des lecteurs 2016

×