17 février 2017 - Édito de Jean-Félix Vallat, Président de la Mafa

Jf vallat

 

Édito de Jean-Félix Vallat, Président de la Mafa

 

 

Monsieur MACRON, candidat à l’élection présidentielle française, soucieux de rallier à sa démarche les bien-pensants dits progressistes ainsi que certaines populations des banlieues marginalisées, a déclaré à Alger le 1er février 2017 : « la colonisation est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie ».

Le même personnage a ajouté que la France devait présenter ses excuses pour les souffrances infligées à l’Algérie. Ces propos sont à la fois absurdes, contradictoires et porteurs de division.

Absurdes puisqu’ils sont anachroniques en jugeant des évènements anciens avec des critères éthiques et politiques contemporains. Il est dérisoire et malhonnête d’extraire du passé quelques éléments comme « l’oppression coloniale » qui à eux seuls caractériseraientt l’état donné d’une société. Au moment des violences de la conquête de l’Algérie, le Maréchal SOULT écrasait dans le sang la révolte des canuts lyonnais, et le médecin et sociologue VILLERME, en 1840, dénonçait le travail des enfants de 7 ans dans les mines françaises. Si les algériens étaient privés du droit de vote, les femmes françaises en étaient également démunies jusqu’en 1944.

Ces propos sont aussi absurdes sur le plan du droit : si la colonisation a imposé à des peuples un système qui leur était extérieur, a négligé de promouvoir l’égalité avec les habitants premiers de ces territoires, elle n’a en rien menacé leur existence même. Elle n’est donc pas un crime contre l’humanité.

Contradictoires puisque Mr MACRON dans un entretien au Point en novembre 2016, présentait une vision contrastée de la colonisation qui avait, disait-il,  favorisé en Algérie « l’émergence d’un Etat, de richesses, de classes moyennes…. La réalité de la colonisation ce sont des éléments de civilisation et des éléments de barbarie ».

La contradiction devient de la confusion faisant peser un doute sur la cohérence intellectuelle du christique candidat à l’élection présidentielle, dans ce domaine comme dans d’autres, lorsque l’intéressé dans une vidéo publiée sur son compte Facebook dès le lendemain cesse de qualifier la colonisation de « crime contre l’humanité » et refuse toute repentance !

Ces propos sont en outre des ferments de division entre les français dont plus de six millions ont un rapport intime avec l’Algérie alors que le détenteur de la magistrature suprême doit incarner l’unité nationale.

Pour faire une histoire commune, il faut ajouter à Jeanne d’Arc, Louis XIV, Napoléon…, des figures comme le pied noir Alphonse Juin, l’émir Abd-El-Kader, le bachaga Boualam, vice-président de l’assemblée nationale de 1958 à 1962, Albert Camus ….

A l’évidence M. MACRON n’est pas En Marche vers l’universalisme égalitaire de la France impliquant que tous ses enfants trouvent, sans ostracisme, leur place dans son Histoire.

2017 Actualités

×