9 février 2019 - Lettre ouverte au maire de Bordeaux

Contre le danger d'amalgame  suite à l'hommage de la ville de Bordeaux à l'idéologue FLN  Franz Fanon.
De Nicole Guiraud, victime du terrorisme FLN (1956)  inspiré par l'idéologie pousse-au-crime  du militant Franz Fanon​

 

"Les Français d'Algérie  - et particulièrement ceux de Bordeaux -  n'ont pas à servir de victimes expiatoires à jeter aux oubliettes de l'Histoire sous prétexte que le maire de Bordeaux veut commémorer le passé tragique et honteux de sa ville, plaque tournante de l'esclavagisme et point de départ des navires de la Traite des Noirs pour l'Amérique, passé qu'avait dénoncé à son époque  le militant Franz Fanon, membre du FLN prônant la violence terroriste contre les "colons" pendant la guerre d'Algérie.

 Les Français d'Algérie n'ont pas à subir une fois de plus le danger d'amalgame qui ne manquera pas d'être fait entre les marchands bordelais du XVIIIème siècle  et les "colons" dans l'Algérie du XIXème siècle,  pour la plupart de pauvres hères  qui cherchaient une vie meilleure en Afrique du Nord.    "Colons" =  esclavagistes,  ça suffit !

 Le maire de Bordeaux se doit au minimum  de vérifier  ses connaissances historiques  avant de prendre une telle décision -  si maladroite  et contestable.  Il n'a pas à se faire le complice d'une telle démarche démagogique. S'il persiste dans sa décision,  il devra fournir une explication valable et authentique  à la communauté pied-noir et Harkis, qui sera diffusée par voie de presse - avec droit de réponse également publiable. Et, au mieux : présenter ses excuses à notre communauté.

 L'idéologie de la révolte violente distillée par Franz Fanon, sous l'égide de ses "camarades" JP Sartre et S. de Beauvoir (entre autres) a fait trop de victimes innocentes  et a inspiré par la suite trop de terroristes de tous horizons et obédiences.  Trop c'est trop..

 Sa maladie ne peut en aucun cas  servir d'excuse  à ses poussées de haine  et de violence "anti-colonialiste"   contre les "Blancs" d'Algérie.

 Nicole Guiraud.

 

Actualités lettre ouverte 2019