23 janvier 2010 - La FNACA s'oppose à l'inscription des noms des victimes civiles et du 26 mars sur le monument du quai Branly

Afin que vous puissiez vous faire une idée objective de la situation, nous publions "in extenso" le communiqué de presse de la FNACA dans lequel elle s’oppose à partir du 7ème paragraphe à l’inscription des noms de nos victimes sur le monument du quai Branly.

Communiqué de Presse de la FNACA

 

" Le Comité National de la FNACA, réuni à Paris, les 13 et 14 janvier 2010, a tiré les enseignements de la dernière discussion budgétaire au Parlement, au cours de laquelle le budget des anciens combattants a finalement été adopté sans grand changement.

Il prend acte de la nouvelle majoration de deux points d’indice de la retraite du combattant, à compter du 1er juillet 2010, portant ainsi ce témoignage de reconnaissance à 43 points, soit 589,96 euros par an, tout en déplorant que le gouvernement n’ait pas accepté les amendements qui permettaient d’appliquer la mesure au 1er janvier, début de l’exercice pour tout budget.


Ils enregistrent à cet égard, les engagements du secrétaire d’Etat, visant à " tenter d’obtenir " de Bercy que le calendrier prévu soit inversé, pour une majoration de 3 points dès 2011 et 2 points en 2012, permettant ainsi d’atteindre les 48 points promis sur la législature.

Le Comité national de la FNACA enregistre également le relèvement du plafond de ressources de l’allocation différentielle de solidarité en faveur des veuves d’anciens combattants les plus démunies, de 750 à 800 euros mensuels, déplorant qu’il n’ait pas été possible de satisfaire la demande de nombreux parlementaires pour atteindre immédiatement le seuil de pauvreté européen de 817 euros !

S’agissant des conditions d’attribution de la carte du combattant, la FNACA prend acte des intentions du gouvernement tendant à étendre le bénéfice de la carte pour tout séjour de 4 mois en Algérie, commencé avant le 2 juillet 1962.

Elle demande également que tous les points du contentieux encore en suspens, soient résolus au plus vite.

Le Comité National de la FNACA s’élève avec force contre le projet annoncé par M. Hubert Falco, secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, lors de la cérémonie du 5 décembre dernier, visant à faire inscrire les noms des victimes civiles du drame de la rue d’Isly le 26 mars 1962, sur la colonne centrale du Mémorial National de la guerre d’Algérie.

Cette initiative serait ressentie comme une véritable insulte à l’Armée Française, restée loyale à l’égard des Institutions Républicaines dans cette période perturbée par les exactions de l’OAS.

La FNACA rappelle que le Mémorial National de la guerre d’Algérie, érigé quai Branly après de nombreuses années de démarches, est dédié aux seuls militaires et supplétifs "Morts pour la France" durant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie.

Le Comité national, en plein accord avec cette position, réaffirme à cette occasion son attachement indéfectible à une journée du souvenir et du recueillement à la mémoire des 30 000 militaires tombés en Afrique du Nord, à la date anniversaire du cessez-le-feu officiel du 19 mars 1962, seule date historique, "digne de commémoration". Le Comité National de la FNACA appelle tous ses responsables locaux et départementaux à assurer une fois de plus le succès des cérémonies qui auront lieu à travers toute la France le vendredi 19 mars 2010, 48 ans après la fin de la guerre d’Algérie. Paris, le 14 janvier 2010 "

revendications matérielles revendications morales Actualités

×